Cours toujours !

Run

Le V de la victoire lorsque le chrono est battu

Voilà presque 52 semaines que je me tiens à un run hebdomadaire. Bon ok presque toutes les semaines, mais la grippe de 2 jours de cet hiver et mon mini break estival pour soigner mon aponévrosite plantaire ne comptent pas vraiment, non ?

Avant de vous noyer dans du vocab digne de Jogging International (mon nouveau ELLE) il faut quand même que je vous raconte cette fabuleuse histoire. Posons les bases, le sport et moi c’est loin d’être une histoire d’amour. En tout cas pas celle qui dure toujours. 1/2 année de volley, 1 trimestre d’escrime, un peu de danse classique, ah tiens finalement le moderne ça me convient mieux … j’étais du genre touche à tout mais surtout je zappais très vite.

Et pis un mois d’Octobre il y a 3 ans je me suis inscrite sur un coup de tête à un cross en famille. 6 km ? Un terrain mixte ? Du dénivelé ? Pfff si mon papa peut le faire je vais bien y arriver aussi. Je vais pas vous le cacher j’ai morflé. C’est sûr ça change du tour de parc que je faisais le dimanche pendant hum… 15 longues minutes…hum…2-3 fois par été😉 Mais j’ai surtout adoré la sensation géniale de passer la ligne d’arrivée en sprintant, la motivation qu’il faut avoir dans les moments plus techniques (les côtes), l’ambiance entre les coureurs, cette énergie que peut te filer une course. Bref j’étais foutue j’aimais courir.

C’était donc il y a 3 ans. Gardons en tête l’enthousiasme pour mes précédentes passions sportives. Participer à une course c’est cool mais lorsque Novembre arrive, qu’il pleut, qu’il fait froid et bien la motivation elle n’était plus vraiment au RDV.

Hyper contente de ma passion toute fraîche, ma famille (tous les runners) était ravie de m’équiper intégralement au Noël qui a suivi. Pendant longtemps je suis donc restée la coureuse la mieux équipée de mon parc. Et puis un jour j’en ai eu ma claque de tourner en rond en comptant les km sur ma Garmin, je suis sortie de ma zone de confort et j’ai osé m’attaquer au 10km, celui qui faisait peur.

A peine le temps de déchausser mes Asics je balançais déjà sur Insta et Viber « je viens de faire 10 bornes, c’est easy en fait » (effet secondaire n°1, le running peut rendre un – peu-  prétentieux). Depuis je n’ai pas arrêté et je suis sortie toutes les semaines pour courir. No matter what (effet secondaire n°2, le running est une drogue).

Je suis bien consciente d’être encore débutante mais je suis motivée plus que jamais ! J’aimerais gagner en vitesse (j’ai touché du doigt les 10km/h sur la dernière B2UN) et m’attaquer à des distances plus importantes (à quand le semi ?).

Pour le moment mon objectif est de me faire plaisir, de participer à des courses quand le coeur m’en dit, de vous noyer de photos avec mes temps Nike+ sur les réseaux sociaux, de glaner des conseils sur les blogs qui m’inspirent (je pense notamment à Élise), de dévaliser les rayons spécialisés pour m’équiper (effet secondaire n°3, le running est fashion) … La magie du running c’est quand même de pourvoir pratiquer sa passion n’importe où n’importe quand, je pense que c’est cette liberté qui m’a le plus séduite. Et vous, vous êtes aussi dans la course ?

Violette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s