Women’s day thoughts

image-16d72af1ca725147ab302dc7fba520942795ffbc12c325ee0760048ae7f768a5-v.jpgHi everyone!

Ce soir je vous écris de façon complètement spontanée, depuis mon lit, avec mes mouchoirs et mon nez bouché.

J’ai commencé ma journée comme d’habitude, jusqu’au moment où une de mes collègues a envoyé un mail à toutes les filles du bureau, nous souhaitant un « Happy women’s day ». J’ai mis ça sur le dos de son excentrisme, supprimé le message et continué comme si de rien n’était.

Un peu plus tard au déjeuner, le sujet revient sur le tapis. Quelle idée bizarre la journée de la femme! Pourquoi aurait on besoin d’une journée exprès pour ça? Ok, c’est le moment de penser aux femmes qui n’ont pas accès à l’éducation, pas le droit de travailler, pas le droit de voter, parfois même pas le droit d’exister. Mais pour nous, femmes du monde occidental, tout cela a-t-il vraiment un sens?

La question est restée dans un coin de ma tête le reste de l’après-midi et ce soir je me suis tout simplement dit que je n’avais pas envie de garder la réponse juste pour moi.

Certaines études affirment qu’à poste égal, expérience égale, tout ce que vous voulez d’égal, les femmes gagneraient 30% de moins que les hommes. Oui, 30%. Faites le calcul et réalisez à quel point ça fait une différence sur le quotidien, l’endroit où on habite, l’argent qu’on consacre aux loisirs de nos petits bouts…

Quand on est une maman et qu’on travaille, la pression sociale et la culpabilité est beaucoup plus forte que ce qu’on peut imaginer. Si la France reste assez ouverte sur le sujet, je peux vous assurer que l’Angleterre et l’Allemagne en sont bien loin. Une femme qui travaille est une mauvaise mère, l’idée est toujours très ancrée, même au XXIe siècle. Et quand le job implique des déplacements et plusieurs soirs d’absence, on passe au niveau du dessus. Il est souvent mal accepté dans le milieu du travail qu’un papa parte plus tôt régulièrement pour aller chercher ses enfants à la crèche ou chez la nounou. Si certains employeurs se sont résolus à accorder plus de flexibilité aux femmes (avec un salaire inférieur de 30%, quelle générosité!), ils ronchonnent voir pire quand il s’agit de donner la liberté aux hommes d’assumer 50% de la charge des enfants.

Les hommes sont souvent pris plus au sérieux dans le milieu professionnel. A tel point que les femmes ne font parfois même plus l’effort de se mettre en avant quand une promotion est en jeu, lassées de toujours devoir se justifier. Mais le pire c’est que les femmes elles-mêmes perpétuent ces discriminations, trouvant leurs collègues masculins plus credibles. Et ce genre de comportement s’étend à toutes sortes de démarches au quotidien: banque, administration, service après-vente… Je laisse mon homme s’en occuper autant que possible, en ayant marre de me faire prendre pour idiote 3 fois sur 4.

Voilà, ce soir je voulais juste vous rappeler qu’on a tous un rôle à jouer, chacun à notre niveau, pour faire évoluer les mentalités.

Bye for now,

Iris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s